La Prat's dans la Presse

Les lycéens de La Prat’s sensibilisés sur le changement climatique - 14/01/2020

Par EMILIE DESCHIZEAUX, publié le jeudi 23 janvier 2020 09:37 - Mis à jour le jeudi 23 janvier 2020 09:37
plusieurs-conferences-.jpg

Plusieurs conférences autour du numérique, du climat et des océans, se sont déroulées le 14 janvier, dont une en visioconférence avec le collège de Lugny. Photo JSL / Frédéric RENAUD

 

Avec des conférences, des ateliers pédagogiques, des échanges avec deux jeunes ambassadeurs du climat, ainsi que le tournage d’un court-métrage sur le thème des réfugiés climatiques, le lycée La Prat’s a proposé à ses élèves une journée de réflexion sur le climat.

Les jeunes du lycée La Prat’s ont été sensibilisés, le 14 janvier, aux évolutions climatiques ainsi qu’aux impacts de cette mue sur la démographie mondiale. Des conférences, avec deux jeunes ambassadeurs pour le climat et des ateliers pédagogiques, ont permis aux lycéens de se plonger dans les réflexions autour de ce thème d’actualité.

Un débat avec des jeunes ambassadeurs pour le climat

Le thème de l’impact du climat sur les océans a été animé par Come Girschig, jeune ambassadeur pour le climat, venu à Cluny avec Esther Loiseleur ( lire par ailleurs ) guider les réflexions des lycéens. « On va mourir quand ? » ose un lycéen. Le jeune étudiant ingénieur indique que le climat ne nous menace pas dans l’immédiat, mais va « entraîner des phases de déstabilisation des pays les plus exposés aux mutations apportés par l’évolution climatique ». « Tu ne seras pas affecté, à moins de vivre au Bangladesh ou au Bénin, » argumente Come Girschig.

Les élèves vont devoir prendre des engagements

« Nous souhaitons que nos élèves prennent des engagements, pour leur vie quotidienne. Certains gestes simples, faciles à adopter, contribuent à éviter les pratiques qui génèrent le réchauffement climatique, explique Carole Jacquet-Dupuis, l’une des conseillères principales d’éducation. Ces promesses de gestes seront affichées sur l’arbre du climat, en cours d’élaboration au lycée. »

L’atelier de fabrication de l’arbre du climat se tient dans l’une des pièces du lycée, voisin d’autres ateliers qui apportent des réflexions sur l’impact de nos pratiques. Dans le premier on réfléchit à la réutilisation des textiles ou à l’autoconsommation de produits d’hygiène, plus loin à la fabrication d’une mousse au chocolat sans blanc d’œuf…

Cluny - Le numérique : vertueux en apparence, polluant en réalité

Le numérique, c’est l’ennemi du climat ?

« Le climat est la victime invisible de la civilisation du numérique dans laquelle nous évoluons. Bien sûr, certaines applications s’avèrent vertueuses, comme Le bon coin, qui favorise l’économie circulaire ou les applications EDF pour mesurer sa propre consommation d’électricité. Le numérique affiche une image “propre”, pour l’économie de papier, voire de déplacements, qu’il permet. »

Mais, ça cache quelque chose ?

« Le numérique dispose d’un côté obscur : la production de composants complexes pour les équipements numériques exige beaucoup d’énergie, des traitements chimiques et des métaux rares. Il faut compter 1,5 t d’eau pour fabriquer un ordinateur. Et puis, les serveurs de certaines plateformes (Google, Amazon) exigent d’être refroidis et produisent ainsi de la chaleur. Le numérique génère 3 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, cette quantité augmente de 10 % par an. Internet mobilise 7 % de l’électricité mondiale. »

Vous sollicitez donc des pratiques numériques plus sobres ?

« Oui, mais nous ne voulons pas culpabiliser nos concitoyens. Chacun doit effectuer un choix individuel, qui nécessite de s’informer sur l’impact de ses activités. L’ensemble des visionnages de vidéos en 2018 a généré 300 millions de tonnes de CO², soit autant que l’Espagne la même année. À nous de savoir limiter nos consommations, pour réduire la production de ces équipements, très utilisés aujourd’hui, mais au coût climatique et à la pollution importants. À nous de savoir renouveler moins souvent ces équipements. »

NOTE Esther Loiseleur, 20 ans, suit un double cursus. Des études de droit, en plus d’une classe préparatoire littéraire à l’école normale supérieure lui composent un emploi du temps bien rempli intégrant les activités auprès des Jeunes ambassadeurs du climat, comme “directrice du pôle éducation et liberté intellectuelle”.

Cluny - Une interview vidéo sur les réfugiés climatiques

Une dizaine de lycéens de La Prat’s ont profité de la venue des deux jeunes ambassadeurs du climat pour tourner une interview. Le thème des réfugiés climatiques a été choisi, pour rappeler que des populations se déplacent car leur lieu de vie se transforme à cause du changement climatique. L’activité se déroule dans le cadre du projet « Tara, graines de reporters », porté par la Fondation du même nom.

« Faut-il un statut de réfugié climatique ? » « Quelles démarches pour se faire reconnaître ainsi ? ». Les questions ont été préparées avec Christelle Chauvot, documentaliste, et Catherine Girbig, professeure d’allemand. En plus de l’interview, les lycéens prévoient un micro-trottoir auprès d’élèves et d’adultes de l’établissement, pour les sensibiliser à cet impact méconnu du changement climatique. Les prises de son et le tournage ont été effectués avec les conseils et le guidage de Mehdi Khadouji, réalisateur vidéo.

Frédéric RENAUD

Pièces jointes

À télécharger

 / 1